Le Slow Parenting, une vie de parent qu'on aime vraiment.

July 18, 2018

 

 

 

 

C'est l'été et il nous semble plus évident de ralentir, en se prélassant au soleil et en se permettant de faire moins et de "vivre" plus! L'été est en fait un bon moment pour s'initier aux rudiments du "slow parenting", cette approche qui séduit de plus en plus de parents déçus par le rythme effréné de leur vie.

 

En effet, vous faites peut-être partie de ces mamans et de ces papas pour qui la "course folle" est rendue la norme. Il semble que de nombreux parents soient victimes d'un mode de vie où chaque minute compte et où même le temps passé dans la voiture ou l'heure du lunch doivent être productives.

 

Justement, cette course à la productivité prend d'assaut toutes les sphères de la société, même l'enfance et la petite enfance!

 

Il semble qu'on veuille rentabiliser cette période éphémère de la vie en remplissant les journées de nos petits d'activités et de jeux stimulants et éducatifs. On ne voudrait surtout pas qu'ils ne fassent rien de leur journée...!!!

 

 

Je n'ai pas besoin de vous rappeler que nos enfants ont besoin de temps pour jouer. C'est leur travail dans la vie, de jouer! Pour eux, le jeu peut se produire n'importe où, tant qu'ils se sentent aimés, en sécurité et libres de le faire. Par contre, les enfants ont besoin d'assez de temps pour jouer et s'investir dans leur jeu. En effet, de la même façon que nous n'aimons pas nous faire interrompre quand on est en train d'écrire ou de parler au téléphone, il en est de même pour eux... Une fois qu'ils sont dans leur imaginaire, ils ont besoin de temps pour mener leur jeu à terme, ou du moins, pour le développer suffisamment.

 

En faisant tout afin de bien remplir la journée, d'être productifs du matin au soir et de chercher sans cesse à ne pas "perdre" de temps on finit par ne jamais "prendre" le temps d'être simplement là, afin de percevoir les petites beautés de la vie.

 

Pour bien saisir les particularités de l'enfance, et pour apprécier réellement notre vie de parents, notre capacité à ralentir est primordiale. Ce n'est qu'en ralentissant que nous pouvons réellement apprécier, s'amuser...  et aimer. C'est pourquoi le "slow parenting" me séduit tant. C'est une des clés indispensables au bonheur d'être parent!

 

Le slow parenting (en français, parentalité lente, zen, ou dans la simplicité) découle du mouvement du slow food, qui est apparu dans les années 1990 en réponse au fastfood. Depuis, bien des gens sautent pieds joints dans ce mouvement qui rend hommage à la lenteur, à la pleine conscience et à une vie plus satisfaisante, qu'on prend le temps de savourer.

 

J'ai donc envie de partager avec vous ce qu'est le slow parenting et pourquoi je crois qu'il s'agit d'un outil très puissant pour reprendre le contrôle de sa vie... et diminuer l'anxiété et le stress en même temps.

 

 

 

 

Parlons tout d'abord de ce que le slow parenting n'est pas.

 

 

Premièrement, materner dans la lenteur ne signifie pas ne rien faire, ou faire peu.

Ça veut plutôt dire faire "mieux", donc de profiter vraiment de ce que l'on fait et de s'y investir. Par exemple, si je vais au parc avec les enfants, le slow parenting m'invite à être toute là, avec eux. Ce n'est pas la course pour aller au prochain cours de la plus grande avant le dîner, ou pour quitter au plus vite pour aller faire des emplettes. Le but est donc de moins remplir la journée et de mieux répartir les activités, les rendez-vous et les tâches dans la semaine.

 

 

Deuxièmement, le slow parenting ne veut pas dire être paresseux.

Ça prend une bonne dose de courage et de motivation afin d'inclure plus de lenteur dans notre vie. En effet, tout nous pousse à faire plus et à aller plus vite, en passant par les repas santé complexes à cuisiner, les courses dans les centres d'achat bondés de gens, les activités où les enfants sont inscrits, etc.

 

Il est tellement commun et normal pour les parents d'avoir un horaire excessivement rempli et de courir sans cesse d'une chose à l'autre qu'on ne se rend pas toujours compte qu'ON PEUT CHOISIR autrement!

 

 

Et parce que c'est si répandu d'adopter ce mode de vie frénétique ça prend de la volonté, du courage et plusieurs ajustements afin d'avoir une vie plus lente. C'est tout un défi de simplifier la vie de nos enfants dans le contexte actuel.

 

 

 

Troisièmement, le slow parenting n'est pas réservé aux familles dont seulement un parent travaille à l'extérieur de la maison.

Le slow parenting est pour tous les parents qui en ont assez d'être essoufflés et de ne pas avoir le temps de réaliser que leur petit a déjà 2 ans, 5 ans ou 18 ans! Il est toujours possible d'incorporer quelques éléments de slow parenting, ou plusieurs, dans notre vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici donc un aperçu de ce qu'est le slow parenting...

 

 

Le slow parenting c'est avant tout la simplicité dans notre façon d'être parents. Par simplicité je veux dire faire des choix qui rendent notre vie plus simple! Un de ces choix peut être de savoir dire non. Ça peut également être de mettre de côté pour un certain temps des attentes que nous avons envers nous-mêmes (en lien avec la famille élargie, le conjoint, la maison, la carrière, les finances, etc.). Faire place à plus de simplicité peut vouloir dire refuser certaines activités, avoir moins d'obligations, plus de temps libre, plus de liberté et faire place à ce qu'on aime réellement.

 

 

Selon l'auteur Carl Honoré qui a entre autre écrit le livre "In Praise of Slow", être parents dans la simplicité et la lenteur fait place à la qualité plus que la quantité. Ça fait aussi place à des relations humaines vraies et authentiques, pleines de sens.

 

 

C'est également être présent, dans le moment, et se donner le droit d'arrêter pour observer et apprécier notre progéniture en train de jouer, par exemple.

 

 

Dans ma version du slow parenting, il y a un désir de la part du parent de laisser plus de temps pour le jeu libre de l'enfant.  N'oublions pas que le jeu est le travail de l'enfant. C'est en jouant qu'il apprend la gestion des émotions, la gestion des conflits, la résolution de problèmes, etc. Ça veut dire qu'on peut arrêter de se voir comme le responsable de l'horaire de notre enfant. Les enfants peuvent et doivent s'occuper par eux-mêmes. C'est une nécessité qu'ils connaissent l'ennui parfois afin qu'ils développent leur sens de l'initiative, la confiance en eux, et qu'ils aient des moments où laisser libre cours à leur créativité.

 

Sans temps libre, aucune créativité n'est possible.

 

 

Forcément, en ayant une vie familiale plus simple, plus lente, et en faisant des choix concrets afin de ne pas succomber à la tentation de la frénésie, nous serons plus détendus comme parents et plus épanouis!

 

Et savez-vous quoi? Les enfants le seront aussi!

 

 

Je vous invite donc à laisser des commentaires au bas de l'article car j'ai besoin de vous lire, de savoir ce que vous en pensez, et d'entendre vos expériences.

 

 

Sur ce, je souhaite une belle continuité à votre été!

 

Share on Facebook
Please reload

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now